L’esprit du 18 juin renaîtra

5
(7)

Comme chaque année, nous célébrons aujourd’hui l’anniversaire de l’appel du 18 juin. Prononcé par le général De Gaulle en 1940 sur les ondes de la BBC à Londres en réaction à l’annonce de l’armistice avec l’Allemagne nazie, il symbolise le panache et l’honneur retrouvé. Dans les eaux troubles dans lesquelles nous naviguons, souvenons-nous du sens de cette démarche et souvenons-nous qu’une lueur d’espoir brille toujours à côté du chemin.


Un appel mais une volonté

 

Le 17 juin 1940, le maréchal Pétain demande au peuple français de cesser le combat contre les armées allemandes. Celui qui vient d’être nommé président du Conseil déclare faire « don à la France de [sa] personne » afin de chercher « dans l’honneur » « les moyens de mettre un terme aux hostilités ».

24h plus tard, un général de brigade provisoire au nom invraisemblable de « De Gaulle » réagit sur les ondes de la BBC à Londres. Il y prédit la mondialisation du conflit et la nécessité de continuer le combat par d’autres moyens. Basculant dans la clandestinité et la dissidence, son appel est une invitation aux militaires, aux ouvriers ainsi qu’aux ingénieurs de l’armement à le rejoindre dans une nouvelle lutte.

Le contraste est total entre ces deux discours prononcés à une journée d’intervalle par deux hommes que le destin oppose désormais. D’un côté la vieille gloire nationale, le héros de la Grande guerre, appelant à la soumission à l’ennemi avec le même pessimisme qui l’a caractérisé toute sa vie. De l’autre, le jeune général aux ambitions démesurées, en rébellion permanente contre sa hiérarchie, persuadé de la nécessité de continuer la guerre, dominé par son réalisme froid et sa volonté implacable. Deux générations différentes, deux tempéraments opposés.

 

Une exigence de souveraineté

 

Tout De Gaulle est là. Le courage et la volonté d’abord. Il en faut indéniablement pour quitter son pays, laisser derrière soi sa famille et sa vie, le tout pour un acte de dissidence aux répercussions incertaines. Il faut du courage pour accepter de se voir déchu de la nationalité du pays que l’on aime tant, pour se voir confisquer ses propres biens, pour se voir dégrader après une vie de service militaire. Impossible sans un sens très élevé de l’honneur ainsi qu’une conception très noble de son propre devoir.

Le soldat ensuite. L’homme du 18 juin est un officier brillant, dont le sens tactique lui a permis d’être un des rares chefs militaires a avoir repoussé les Allemands lors de la bataille de France. A la tête de la 4ème division cuirassée, avec laquelle il a fait reculer l’ennemi de 14 kilomètres en profondeur dans la Somme, il était un partisan visionnaire de l’usage des blindés dans la guerre contemporaine. Son discours à la BBC témoigne de la justesse de ses analyses militaires ; mondialisation du conflit et nécessité d’une coordination de l’engagement des moyens blindés et aériens notamment.

Enfin, si l’appel du 18 juin est l’évènement symboliquement fondateur de la Résistance, il est aussi la matérialisation d’un certain esprit de transgression. De Gaulle a mené une vie de résistance contre toutes les forces de son temps. Contre l’Allemagne nazie. Contre l’impérialisme américain. Contre le régime des partis. L’histoire de France n’a pas été autre chose qu’une bataille permanente pour la souveraineté, et le général a su l’incarner quand la nation en avait le plus besoin. L’appel du 18 juin nous rappelle qu’il est des temps où des hommes et des femmes défient les forces de ce monde par la puissance de leur volonté. Souhaitons la même chose à notre basse époque. Souhaitons que renaisse l’esprit du 18 juin.

 

Elouan Picault

 

  • « Soyons fermes, purs et fidèles ; au bout de nos peines, il y a la plus grande gloire du monde, celle des hommes qui n’ont pas cédé »

Votre avis nous intéresse !

Parce que vous comptez...

Résultat moyen : 5 / 5. 7

Soyez le premier à partager votre impression!

We are sorry that this post was not useful for you!

Let us improve this post!

Tell us how we can improve this post?

Start the discussion

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *