Gavroche s’invite chez « Souverains Demain ! »

5
(5)

Le chroniqueur et essayiste Paul Melun, président du mouvement « Souverains Demain ! », organisait chez lui, dans les Deux-Sèvres du 23 au 24 juillet, une « rencontre d’été » auprès de ses adhérents et quelques invités. Discours, débats et réflexions, mais aussi buffet, Gavroche vous invite à découvrir ces journées auxquelles il a pu participer.

Paul Melun et Souverains Demain !

Habitué à apparaître sur le petit écran en tant que chroniqueur, principalement sur RTL et CNews, Paul Melun est issu de Science Po (Bordeaux) et de l’ESSEC. Ancien de l’UNEF dans ses années d’étudiants et récemment ex-PS, il a fondé le mouvement Souverains Demain ! en 2021. Se proclamant disciple de Michel Onfray, philosophe médiatique controversé, il est qualifié de « réac de gauche » par Valeurs Actuelles, ce que n’a pas manqué de reprendre Alternative révolutionnaire communiste pour qualifier la ligne de l’essayiste.

Il est assez facile de comprendre pourquoi ce qualificatif a pu être énoncé. En effet, il intervient régulièrement sur les sujets du « wokisme », de l’« islamo-gauchisme », du « néo-féminisme » ainsi que sur la question migratoire, CNews oblige. Très critique de « Mai 68 » et de ce qui en aurait découlé (une aversion à l’autorité, un relativisme forcené, …), il lui manque la lecture de Michel Clouscard pour en développer une critique efficace.

Au-delà, il entend diffuser ses idées sur les questions de souveraineté nationale mais aussi d’écologie, liant ces deux sujets. Le 23 juillet, il n’a pas hésité à se féliciter du fait que des éléments de langage souverainistes aient pu imprégner la campagne présidentielle, que ce soit sur l’industrie ou le numérique.

Si nous devions nous éloigner de l’insulte « réac de gauche » dont l’extrême droite et l’extrême gauche l’ont affublé, nous aurions de petites difficultés à l’identifier. Difficile de trouver, dans ses discours, de la misogynie, du racisme, et autres avatars réactionnaires, bien que ses critiques du progressisme le rapprochent du conservatisme. Pour ce qui est de la gauche, c’est ambigu. Contrairement à République Souveraine, Paul Melun et son parti Souverains Demain ! semblent plus correspondre au dépassement du clivage gauche-droite sur la base du souverainisme. Si les deux formations se revendiquent de De Gaulle et Jaurès, RS tient bien plus du socialiste que du général.

Le chroniqueur était proche de François Hollande et de Stéphane le Foll, et aurait été défavorable aux manifestations contre la loi El Khomri en 2016. Plutôt à la droite du PS ? Son mouvement se dit « pour une France indépendante, écologique et innovante ». Un mouvement dit « de gauche » n’aurait pas hésité à ajouter « sociale »…

Avec son appétence pour l’écologie, le progrès industriel, ainsi que la souveraineté, mais aussi des éléments programmatiques sur la justice, avec l’idée de nommer des magistrats indépendants dans les inspections de la police et de la gendarmerie, Paul Melun apparaît comme une gauche modérée mais lucide sur la question européenne, et qui cherche à convaincre sur sa droite. Un Emmanuel Macron souverainiste ?

 

La rencontre d’été

Paul Melun a eu pour ambition de réunir ses adhérents et quelques invités dans sa propriété rurale située dans les Deux-Sèvres les 23 et 24 juillet. Si le choix d’un lieu si reculé peut paraître étrange pour une réunion politique, il le justifie modestement par son attachement à ce lieu ainsi qu’à la ruralité, qui font partie de ses préoccupations principales. Nous pouvons trouver lors de ces deux journées les proches de Paul Melun, quelques cadres du parti, de simples militants, plutôt jeunes et faisant des études supérieures, les premiers membres de notre rédaction Gavroche… Quelques locaux, au-delà des invités, ont fait le déplacement.

La journée du 23 juillet a commencé par un repas au début duquel Paul Melun a tenu à faire le bilan de l’année passée par Souverains Demain ! Il se réjouit de l’infusion des idées du mouvement dans le débat public et pense son avenir « prometteur ». De petit laboratoire d’idées, il ambitionne de faire de Souverains Demain ! un acteur politique à la rentrée, en collaboration potentielle avec Front Populaire.

Après le repas, nous sommes invités à visionner et faire un retour sur une vidéo « vlog » du voyage de Paul Melun à Bruxelles, où il a pu commenter avec un sarcasme efficace l’obscurantiste et propagandiste Maison de l’histoire européenne, prendre part à une émission de RCF, et rencontrer deux personnalités politiques de Belgique (un sénateur et un député) classés à la droite de l’échiquier politique du pays. Il conclut ce voyage en développant son sentiment qu’il est possible de travailler avec des européistes sur des sujets divers et variés comme l’investissement, plutôt que de s’opposer par principe, afin de mettre en place l’Europe des projets et des coopérations. Bien que la vidéo semble très personnifiée et voulue telle quelle, il n’hésite pas à faire part de sa gêne sur ce point.

S’ensuivit un débat entre Paul Melun et Nathan Devers, jeune philosophe de 24 ans et disciple de BHL, autre personnalité médiatique, qu’il a rencontré sur un plateau télé. Ils s’opposent sur le sujet de l’illibéralisme et du numérique. Les sujets du Covid, des réseaux sociaux, des « pulsions liberticides » soi-disant ancrées chez les Français, et de la sexualité des jeunes, tout y passe, mais trop rapidement, en une petite heure de discussion qui mériterait d’être approfondie.

Les deux intellectuels ont ensuite laissé place aux adhérents et au public lors d’une petite table ronde sur le devenir de l’Etat-Nation, animée par le Secrétaire Général de Souverains Demain ! et auteur d’un livre sur le sujet. Il fut heureux que cette séquence ait été le théâtre d’un véritable débat offrant différentes perspectives sur la Nation mais aussi le néolibéralisme, les politiques économiques, … Cela montre qu’au sein du mouvement, les militants peuvent s’exprimer librement et faire valoir leurs différences de ligne, oscillant entre capitalisme dirigiste et socialisme pragmatique.

Enfin, la journée s’est terminée par une courte conférence de Tiphaine de Thoury, docteure en histoire contemporaine, sur le patrimoine, sa naissance comme catégorie d’action publique culturelle, et son caractère instrumental dans la construction des Nations et maintenant de l’Union européenne. Le patrimoine des Nations européennes serait repris par les instances européennes pour faire émerger un semblant d’unité culturelle européenne.

Le séjour se finit enfin sur un apéritif dinatoire et le lendemain sur une petite marche pour profiter de l’air et du paysage de la région.

 

Il ne reste qu’à attendre l’automne pour découvrir les mutations du mouvement de Paul Melun ! Ses éléments programmatiques, portés par des citoyens investis dans la fonction publique, pourraient apporter du nouveau à la pensée d’État, et un élargissement du militantisme aiderait à un renouveau dans les discours souverainistes, voire de gauche. 

 

Gavroche remercie Souverains Demain ! d’avoir pu inviter un membre afin d’assister à cette fructueuse rencontre d’été.

 

Théophile Lazarus

Votre avis nous intéresse !

Parce que vous comptez...

Résultat moyen : 5 / 5. 5

Soyez le premier à partager votre impression!

Vous avez trouvé cet article intéressant...

Suivez l'aventure Gavroche sur nos réseaux !

Nous sommes désolés que l'article ne vous ait pas plus.

Aidez-nous à nous améliorer !

Dites-nous ce que vous en avez pensé !

Start the discussion

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.